Insuline : Qu’est ce que c’est et à quoi sert-elle en musculation ?

Nos objectifs en matière de santé et de musculation nous imposent de traiter beaucoup d’informations. Cependant, lorsque nous débutons, nous absorbons des données qui ne sont pas toujours complètes et qui peuvent porter à confusion : c’est le cas de l’insuline en musculation. Un sujet très complexe qui demande d’assimiler de nombreuses notions comme la glycémie, l’anabolisme et le catabolisme.

Dr Muscu vous donne plus d’informations sur l’insuline et l’intérêt de cette hormone pancréatique en musculation.

Insuline : Qu’est ce que c’est et à quoi sert-elle en musculation ?

Qu’est-ce que l’insuline ?

insulineTout d’abord, l’insuline est une hormone protéique qui transforme principalement les glucides (sucres) que nous consommons en énergie. Elle agit en aidant à réguler la glycémie, c’est-à-dire le taux de glucose (sucre) dans le sang. On appelle alors cela une hormone hypoglycémiante. À partir du moment où l’on consomme du sucre, c’est le pancréas qui va synthétiser cette hormone de stockage. Pour illustrer cela, on peut considérer l’insuline un peu comme le chef de la logistique, car elle assurera la répartition et la gestion du glucose.

Tout au long de notre article, il faudra bien différencier l’insuline que nous sécrétons naturellement (endogène) et l’insuline que les personnes malades ou les dopés consomment ; on entend par là l’insuline sous forme de médication.

Chez un individu en bonne santé, elle entrera en ligne de compte dans deux processus :

  • Elle libérera la quantité de sucre nécessaire si possible de façon prolongée et modérée notamment lorsque nous produisons un effort ;
  • Elle facilitera le stockage de l’excès de sucre dans le sang pour un usage futur.

C’est donc ce régulateur de graisses qui va favoriser le transport du glucose dans le sang et vers les muscles. D’autre part, il faut noter que l’espace stockage dépend en partie de la taille des muscles. Une personne musclée pourra alors garder plus de glucose dans les muscles qu’une personne qui n’est pas musclée. Une fois l’espace de stockage dépassé, le sucre se déplacera vers les cellules graisseuses. C’est à partir de ce moment que l’on prend du poids.

On entend souvent parler d’insuline chez les diabétiques. Pour les personnes atteintes de cette maladie, les injections d’insuline vont remplacer le travail du pancréas. Chez ces individus, la sensibilité et la réceptivité des cellules à l’insuline sont aussi plus faibles.

Les bodybuilders ont dérivé l’utilisation de l’insuline à leur avantage. En s’injectant de l’insuline, ils pourront atteindre grâce au dopage leurs objectifs de musculation plus rapidement. Sous forme médicamenteuse, il en existe plusieurs types et leur durée d’action peut varier selon chaque type. Préparée en laboratoire, elle peut commencer à intervenir dans les 15 minutes.

En somme, la production d’insuline intervient quand le taux de sucre dans le sang est élevé et elle dépend essentiellement de l’état du pancréas.

Les avantages de l’insuline en musculation

insuline et musculationSi l’on parle souvent de l’insuline dans le bodybuilding, c’est parce qu’elle comporte des avantages utiles pour atteindre ses objectifs de musculation : développement et maintien de la masse musculaire.

Les articles de Dr Muscu ont pour vocation à informer et non à pousser à la consommation de produits qui pourraient être dangereux pour la santé surtout sans avoir de très solides connaissances dans le domaine.

L’insuline favorise la croissance musculaire

L’intérêt pour un culturiste est que cette substance hormonale est une hormone anabolique, c’est-à-dire qu’elle va favoriser la prise de masse en stimulant la production de protéines.

Les protéines et leurs acides aminés qui les constituent sont garantes de la construction du muscle. Une hormone anabolique sera alors très intéressante dans cette optique.

On élude souvent une chose à propos de l’insuline, c’est sa faculté à transporter le gras et les acides aminés dans les tissus musculaires. En favorisant la fixation des acides aminés, elle améliorera la prise de muscles et elle permettra de bénéficier de meilleures performances athlétiques. C’est cette action anabolisante que les culturistes cherchent.

Généralement, les personnes qui se dopent combinent l’insuline avec les stéroïdes anabolisants type dianabol. La testostérone et l’insuline agissent en synergie pour de meilleurs résultats. Certains ajoutent même à cela des hormones de croissances et encore d’autres molécules qui vont booster leur prise de muscles. Cela permettra de décupler les effets. L’insuline se révèle d’autant plus intéressante pour les pratiquants qui se dopent, car elle est indétectable aux contrôles antidopage.

Fini le catabolisme musculaire ?

En plus de stimuler la synthèse de protéines, l’insuline permet d’éviter le catabolisme musculaire autrement dit, la perte de muscles : le grand ennemi des bodybuilders. L’insuline active les ribosomes (des complexes ribonucléoprotéides) qui permettent de synthétiser les protéines en traduisant le code génétique.

Notre constitution (musculaire) dépend en grande partie de l’activité physique que nous pratiquons et de notre alimentation. En réduisant l’un ou l’autre, le corps sera plus enclin à perdre du muscle. Les glucides entrent donc en ligne de compte dans ce processus de catabolisme ou d’anabolisme. En maîtrisant les pics d’insuline, on évite alors de perdre du muscle.

Une hormone à double tranchant

insuline bodybuildingL’insuline est une hormone naturelle que certains bodybuilders professionnels consomment sous forme médicamenteuse pour favoriser leur prise de masse et éviter le catabolisme musculaire. Cependant, elle nécessite un suivi médical particulier au risque de générer des effets indésirables. Elle peut même produire des effets inverses.

Elle est certes anabolique en ce qui concerne la prise de masse musculaire, mais elle l’est aussi pour les tissus graisseux. Cette hormone protéique inhibe la lipolyse, c’est-à-dire une enzyme produite dans le pancréas et qui digère les graisses. Autrement dit, la lipolyse agit comme un brûleur de graisses et, en l’inhibant, on perd notre protection contre la prise de poids. En favorisant la lipogenèse (la formation des tissus graisseux), l’insuline travaillera de concert avec la lipoprotéine lipase (une enzyme) pour transférer les triglycérides des lipoprotéines vers les tissus. Pour résumer, un mauvais dosage et c’est la prise de poids assurée.

À contrario, en réduisant l’insuline et donc la consommation de glucides à indice glycémique élevé, on favorise la lipolyse. Faire une prise de masse ou une sèche consiste à jouer sur cet aspect.

Comme nous le soulignions précédemment, cette hormone pancréatique gère nos stocks de sucre dans le sang et sa transformation en énergie. Le problème est qu’elle réduit l’utilisation de la graisse que nous avons déjà dans notre corps en privilégiant l’utilisation des glucides qu’elle vient de transformer. Cela empêche la perte de poids.

Enfin, l’insuline augmente la production d’acides gras et ceux-ci sont également utilisés comme source d’énergie, c’est-à-dire que si vous augmentez sa production, vous augmentez le volume des graisses stockées.

insuline prise de masse musculairePour comprendre pourquoi l’insuline favorise la prise de poids, il faut se représenter le cheminement qu’effectue cette hormone. Le stockage du sucre sanguin commence par le foie. Malheureusement, cet organe est petit donc l’espace de stockage l’est aussi. Pour continuer le processus de stockage du sucre sanguin, les muscles (glycogène musculaire) prendront le relais du foie. Si toutefois la quantité de sucre est encore trop élevée alors le stockage du sucre se dirigera vers les cellules graisseuses (adipocytes).

Pour aller plus loin, l’insuline peut être dangereuse si l’on ne fait pas correctement attention aux pics d’insuline au point où l’on peut devenir diabétique. La prise d’insuline dans la préparation physique demande un suivi médical avec une analyse en amont. Il est nécessaire de connaître notre capacité à sécréter cette hormone naturellement.

Nous vous recommandons de ne pas prendre de l’insuline en musculation. L’utilisation de cette hormone s’adresse uniquement aux personnes souffrantes de pathologies comme le diabète et est illégale sans ordonnance médicale. Même les plus grands bodybuilders qui « maitrisent » les doses prennent des risques parfois inconsidérés. Cela ne s’adresse qu’à une poignée de personnes qui ont « besoin » d’aller au maximum dans le détail. Une bonne alimentation couplée avec un programme de musculation et des compléments alimentaires naturels produiront 95 % des résultats. Peu de gens ont réellement besoin des 5 % restants.

Conclusion

L’insuline reste une hormone intéressante en musculation que ce soit pour la prise de masse ou pour éviter le catabolisme musculaire. En revanche, la consommation d’insuline dans le dopage est une mauvaise idée surtout lorsque l’on n’est pas professionnel et qu’il n’y a aucun suivi médical sans analyses de sang en parallèle.

Pour les culturistes qui souhaitent rester naturels, il sera plus intéressant de se focaliser sur la fenêtre anabolique et de maîtriser ses indices glycémiques (IG).